Il y a plusieurs semaines je publiais un court article à propos de la dernière série Netflix intitulée « Les nouvelles aventures de Sabrina ». J’ai osé regarder le show afin de me faire un avis définitif et le résultat est pire que ce à quoi je m’attendais.

Cette série est une adaptation de comic books de l’éditeur Archie Comics mais aussi un reboot de la série des années 1990 « Sabrina l’Apprentie Sorcière ».

Sabrina Spellman est une adolescente presque comme les autres : Elle est née suite à la relation entre un sorcier et une mortelle, ce qui fait d’elle un hybride des deux.

Elle vit dans la petite ville de Greendale, élevée par ses deux tantes paternelles, Hilda et Zelda, et fréquente le lycée de la ville avec des adolescents mortels. Néanmoins, à l’aube de son seizième anniversaire, elle doit faire un choix : accepter d’être baptisée pour devenir membre de la satanique Église de la Nuit ou renoncer et continuer sa vie au côté des mortels mais avec peu de pouvoirs.

Elle va également devoir faire face à des forces maléfiques qui menacent sa famille et le monde des mortels car dans l’ombre, l’horrible Madam Satan est prête à tout pour aider Satan à recruter la jeune fille. (Wikipédia)

Alors que la sorcière (Sabrina Spellman : jeteuse de sort) s’apprête à fêter ses 16 ans, âge du passage à l’âge adulte, le diable en personne s’intéresse à elle. Comme toute apprentie sorcière Sabrina doit signer le livre noir du démon de son nom pour céder son âme au diable. Pour devenir une sorcière accomplie elle doit étudier dans une école de sorcellerie dans laquelle trône une statue de Baphomet entourée de deux enfants. [Vous retrouverez une galerie d’images en fin d’article]

Une polémique est d’ailleurs née suite à l’apparition de cette statue de Baphomet dans la série Netflix. Le temple satanique du Massachusetts a demandé 50 millions de dollars à la chaîne pour l’utilisation de la statue du démon[1] avant qu’un accord ne soit trouvé pour enterrer la hache de guerre : le temple satanique sera crédité au générique de la série (un gros chèque a certainement été offert également)[2].

Il est presque inutile de préciser que la série est pleine de symbolisme, ce qui semble plutôt logique étant donné qu’elle traite de sorcellerie. Nous noterons que le progrès a pris sa place : Sabrina a un cousin black et pansexuel (il couche avec tout ce qui bouge). Il l’invitera d’ailleurs à prendre part à une orgie. Autre forme de progressisme qui fera plaisir aux adolescentes : la petite apprentie sorcière monte un cercle féministe dans son lycée qui est appelé WICCA (secte qui pratique l’ésotérisme, qui prend de plus en plus d’ampleur aux USA). Les filles de ce clan féministe organisent d’ailleurs une lecture de la nouvelle « The Bluest Eye » de Tomi Morrison, une nouvelle qui traite d’inceste et de pédophilie. Les scènes sont décrites avec précision, si bien que certains disent qu’elles sont presque imagées. Le livre a été banni des écoles après une forte polémique. Un des passages les plus détaillés raconte le viol d’une fillette par son père. Pourquoi des adolescentes qui militent en faveur du féminisme lisent-elles ce genre d’horreur ?

Certains diront « vous allez beaucoup trop loin, c’est une série qui parle d’une sorcière qui ne veut pas rejoindre les rangs de satan, votre analyse tombe à l’eau ». Magnifique preuve de mauvaise foi à laquelle j’ai déjà pu assister. Nul besoin que le personnage principal vende son âme au diable. Dans cette série le diable est loué dans tous les épisodes. Sabrina vit avec ses deux tantes qui ne cessent de répéter « loué soit satan, par les cornes du diable, gloire à satan… » Sabrina est entourée d’un monde satanique qu’elle accepte volontiers même si elle ne vend pas son âme au diable. Le diable fait plusieurs apparitions et le trailer (ou bande-annonce) montre Sabrina qui dîne avec lui. L’affiche propose une Sabrina au premier plan, le diable est posté juste derrière la sorcière.

Evidemment, les rituels sont de la partie. Sabrina pratique un rituel sacrificiel grâce au livre des morts qui nécessite un sacrifice de sang. Elle égorge donc une adolescente afin d’accomplir son rituel. Une des tantes de Sabrina est férue de cannibalisme, dans un épisode elle fait rôtir un enfant pour ensuite le dévorer. Un autre épisode propose une histoire morbide. Le diable doit choisir celle qui règnera avec lui en enfer, comme chaque année. Celle qui est choisie doit être égorgée puis dévorée (oui, dévorée) par l’assemblée présente lors de cette cérémonie. Ce qui donne une scène cannibale vers la fin de l’épisode. Lors d’un cours de chant, Sabrina doit chanter une chanson et ce titre n’est autre qu’une chanson écrite par le tueur sataniste Charles Manson intitulée « I’ll Never Say Never to Always ». Le blasphème est au coeur de chaque épisode. Le bras droit du diable et proviseur de l’école de sorcellerie tient à plusieurs reprises des propos blasphématoires. Nous avons droit à l’habituel discours démoniaque à propos de la scène du serpent, du diable, qui tente Eve afin que cette dernière mange la pomme :

« Eve est-elle morte après avoir mangé le fruit ? Non, bien sûr que non. Le faux Dieu a menti à Eve car il voulait la garder nue et ignorante dans son jardin. Mais notre maître, satan, prenant la forme d’un serpent, lui a donné la connaissance qui l’a libérée ». La connaissance qui amène à l’état divin, coucou la gnose…

Nul besoin de continuer, nous pourrions rajouter des lignes et des lignes mais tout ce qui est rapporté dans cet article suffit amplement. Cette série est destinée aux adolescents bien que certains épisodes soient déconseillés au moins de 16 ans. Qui respecte encore ces interdictions ? Plus grand monde. Ce show est truffé de symbolisme et de rituels sacrificiels des plus ignobles. « Les Nouvelles Aventures de Sabrina » est un organe de propagande, un plaidoyer pour les arts ésotériques et le mouvement LGBT. A l’instar de la série « Lucifer » (elle aussi issue de comic books), le diable a une série qui lui rend hommage. Ce monde est fou.

ERRATUM :

Sabrina vend son âme au diable dans le dernier épisode. Elle finit par signer le livre noir.

 


 

[1] https://www.cineserie.com/news/series/sabrina-le-templs-satanique-reclame-50m-a-netflix-2128727/

[2] https://www.superpouvoir.com/les-nouvelles-aventures-de-sabrina-netflix-signe-un-accord-avec-le-temple-satanique/

Pour cet article je me suis également aidé d’un billet du site Vigilant Citizen, toujours excellent.

Publicités